Du 4 au 11 avril 2011: St-Augustine, Traversée vers Wrighsville N.C., Camp Lejeune et Morehead

Posted by Doris on lun, 04/11/2011 - 20:42

Lundi, 4 avril 2011

Départ de Titusville pour St-Augustine en passant par l’inlet de Ponce de Léon.

Nous partons de Titusville très tôt (6h20 levée de l’ancre), nous avons une grosse journée à faire, environ 32 milles nautiques dans l’intercostal jusqu’à l’Inlet de Ponce de Léon et ensuite 56 milles nautiques en mer jusqu’à Ste-Augustine. Nous voulons arriver à l’Inlet de Ste-Augustine avant la tombée de la nuit car les bouées d’entrée ne sont pas éclairés.Le levée du soleil est toujours fascinant et enchanteur.

 

Dans l'intercostal en route vers la sortie de mer de Ponce de Léon

 

Entre Ponce de Léon et St-Augustine

En mer, nous avons le vent arrière et nous voguons très rapidement avec un vent de 18 à 20 nœuds et avec des pointes jusqu’à 27 nœuds à certains moments. Nous faisons une moyenne de 7,7 nœuds de vitesse. Du jamais vu pour nous dans notre souvenir. Le temps est beau et c’est quand même relaxe comme vous pouvez voir.

 

 

Il est 19h10, nous venons d’entrer dans l’'Inlet de Ste-Augustine, un bateau pirate se profile dans la baie. Eh oui ! cela semble un vrai bateau de pirates, nous le reverrons les deux jours suivants faire sa promenade des touristes de 18h30 à 19h30, cela semble bien populaire et ça swing en grande là-dessus. Nous sommes entrés juste avant que la nuit tombe. Tant mieux car pour prendre le mooring en arrivant cela allait bien mieux.

 

 

Mardi, 5 Avril 2011

Ste-Augustine, Floride

Nous avons pris un des nouveaux moorings offerts par la ville maintenant, pour 20 $ par jour. Nous allons payer nos trois nuits à la marina et pourrons profiter des douches, de la buanderie, salon avec tv. La marina est juste à côté du nouveau pont reconstruit à neuf  sur le même modèle que l’ancien pont qui a fait la marque de Ste-Augustine.

 

La marina municipale de St-Augustine

 

Le pont de St-Augustine avec ses fameuses tours. 

 

Nous profitons de la journée pour faire quelques visites de coins déjà vus mais toujours beaux et Michel se trouve un salon de barbier juste à côté du musée pour se faire couper (presque rasé) les cheveux. Cela lui va bien !

 

 

Mercredi, 6 avril 2011

Une deuxième journée que nous prenons pour nous promener dans St-Augustine , aller au magasin du ‘’Sailors Exchange’’ puis chez West Marine (naturellement) et à l’épicerie. Comme Guy de Gusto Del Mar a acheté une ancre, le commis de West Marine vient nous reconduire à la marina. Nous pouvons ensuite aller dîner dans un restaurant du Vieux St-Augustine et visiter les rues et les boutiques de cette jolie partie de la ville avec Guy et Josée de Gusto Del Mar.

 

 

 

Jeudi 7 avril 2011

Et c’est une traversée pour s’avancer le plus possible vers le Nord.

 De Ste-Augustine à Wrightsville (Caroline du Nord)

 

Nous partons encore une fois à 6h20 du matin pour une navigation de 325 milles en mer qui nous amènera jusqu’à Wrightsville en Caroline du Nord. Un trajet que nous prévoyons faire en 55 heures environ mais qui nous prendra finalement 49 heures. Donc deux bonnes nuits plus 2 grosses journées.

Nous naviguons tranquillement quand un petit oiseau est venu nous rendre une visite. Il est resté une bonne  heure avec nous, installé sur un fil sous notre bimini. Il n’était définitivement pas stressé par notre proximité.

 

Devant nous pendant la traversée , le catamaran Gusto Del Mar que nous prenons en photo de nombreuses fois pour leur permettre d’avoir une photo sous voile pour leur futur carte d'affaire de leur bateau.

 

 

Du côté de Gusto, Guy nous prend également en photo. Nous avons un vent arrière un peu trop léger et devons mettre le moteur pour avoir une vitesse de 6,5 nœuds. Notre voile n’est pas tendu autant que si le vent avait été plus fort.  

 

 

La première journée de mer se termine sur un magnifique coucher de soleil, Gusto Del Mar pour cette première nuit choisit de nous suivre. Nous échangerons sur la VHF à chaque heure pendant la nuit et nous nous avertirons quand des navires ou des bouées apparaîtront sur nos radars ou si nous voyons des lumières dans nos alentours. Le temps passe plus vite pour les vigilants surveillants de nuit quand nous coupons la nuit par des activités aux heures.  Doris et Michel se remplacent aux deux heures sur Amirys et Guy et Josée eux le font aux heures sur Gusto Del Mar.

  

 

Vendredi, 8 avril 2011

En pleine mer, nous avons vu par deux fois des tortues à 60 milles des côtes environ. Il est rare que nous avons le temps de les prendre en photo mais cette fois Doris est chanceuse, sa caméra n’est pas loin et la grosse tortue ne s’est pas enfoncée dans l’eau assez vite.

 

Pendant ces deux jours en mer, nous avons eu la compagnie de nombreux dauphins, jusqu’à quinze à la fois à certaines moments. Ils étaient très présents même qu’un d’eux nous a arrosé dans le cockpit en sautant à côté de nous.

 

 

Et devant le Catamaran de Gusto aussi nos dauphins viennent s’amuser.

 

Pendant ces deux jours la mer a été très tranquille. Sauf la dernière nuit vers 2 heures du matin en passant le Cap Fear, un orage avec éclairs et pluie nous est tombé dessus. Le vent a forci un peu pour retomber après l’orage.

 

Samedi, 9 avril 2011

Nous entrons dans l’inlet de Manson qui mène à Wrightsville Beach. Il est 7h00 du matin. Nous sommes bien contents d’être enfin arrivés. Il ne faisait pas chaud cette nuit en mer, nous avions fermé notre cockpit complètement avec le Florida Room.

 

 

En arrivant, nous découvrons qu’un papillon s’était installé après un de nos cordages pour voyager avec nous cette nuit. Il nous a quitté pas longtemps après que nous nous soyons ancrés.

 

 

Dimanche, 10 avril 2011

Nous quittons Wrightsville sans avoir vraiment été à terre. Michel hier a fait trois voyages à une marina pour remplir ses jéricans de diésel c’est tout. Ce matin à 7h30, nous laissons Gusto Del Mar qui voyagera la nuit prochaine en mer pour se rendre à Morehead près de Beaufort, alors que nous nous ferons deux petites journées dans l’intercostal pour se rendre au même endroit.

 

 

Durant cette journée de 34 milles dans l’intercostal, nous avons droit à pas mal de nuages en avant midi. Voici un exemple des machines et tuyaux qui sont utilisés pour désensabler le fond de l’intercostal. Cela est une bataille permanente pour permettre la navigation.

 

Une maison que nous avions remarqué en 2007 et qui est aussi remarquable en 2011 elle n’a pas perdu sa couleur gomme baloune…

 

Vers 3h30, nous arrivons au mille 244 de l’intercostal ou nous nous arrêtons pour la nuit. Cet endroit désert appelé Mile Hammock Bay fait partie de la base militaire du Camp Lejeune. Nous n’avons pas le droit de descendre à terre.

 

 

Lundi, 11 avril 2011

Ce matin, nous étions entourés d'un épais brouillard lorsque nous avons voulu partir, mais celui-ci s’est levé vers 8h00 cependant comme vous pouvez le constater sur la photo,le temps est resté pas mal sombre. Nous passons le seul pont de la journée que nous aurons à traverser celui du Camp Lejeune. C'est un pont tournant . Nous avons dû nous approcher très lentement pour attendre l’ouverture à 9h00 car nous n'avions que 3,5 milles nautiques à faire entre notre mouillage de nuit et ce pont.

 

Sur la berge tout au long du trajet du Camp Le jeune des vestiges des jouets de l’armée pour leur entraînement.

 

Tout le long du parcours de l’intercostal, Michel regarde régulièrement sa carte pour voir à quelle endroit il est rendu. Il est intéressant de voir ainsi notre progression en identifiant les numéros de bouées tout au long du parcours. Nous sommes arrivés à Spooner’s Creek vers 14h00. Nous avons trouvé l’entrée de cette crique assez difficile même si elle est très courte. Nous étions presque à la marée haute , nous n’avions que 6 pieds d’eau  et un passage très étroit pour entrer. Nous étions contents d’arriver et finalement Gusto Del Mar était déjà ancré parce qu’ils étaient partis dimanche soir (hier) à 18h30 pour prendre la mer. Ils ont eu du brouillard de 2 heures du matin jusqu’à 8 heures. Cela n’a pas été facile pour eux d’entrer dans l’inlet de Beaufort par ce brouillard intense. Nous avons décidé de prendre un quai à la marina.