Du 1er au 4 février 2010, On visite la Guadeloupe !

Posted by Doris on ven, 02/05/2010 - 11:55

LUNDI, 1ER FÉVRIER 2010

 

 

VISITE DE LA  GUADELOUPE, NORD DE BASSE TERRE

Nous avons loué à un prix très raisonnable une auto (Renault). La voiture n’est pas bien récente ni très luxueuse mais cela fera l’affaire. Ce lundi nous décidons de faire le tour de la partie nord de Basse-Terre. Nous nous arrêtons voir la rhumerie du domaine Séverin. Nous avons droit à une visite de la propriété dans un petit train qui nous mène à travers les champs. En plus du rhum, ils produisent également des sauces épicées et des épices. Ils ont un élevage de ouassons (écrevisses d’eau douce) qui occupent plusieurs étangs sur le domaine.
 
 
 
 
 
 
Dans cette rhumerie, il cultive la canne à sucre à l’année. Nous avons pu voir ces cannes en entente d’être broyées et avons assisté au broyage également. Tout est assez artisanal dans cette rhumerie.
 
 
 
Un homme travaille dans le champ à planter des pousses d’ananas qui est un autre de leur culture sur ce domaine.
 
 
 
 
Le petit train nous a amené au bout de leur terre pour nous montrer le panorama du nord de l’île.
 
 
 
Nous avons aussi fait une petite visite à pied pour voir de plus près l’ancienne maison des propriétaires du domaine qui sert maintenant d’auberge et la case d’une employée qui a vécu là plus de vingt ans.
 
 

LA PART DES ANGES 

 
Nous avons fini par le chai ou ils laissent le rhum vieillir dans des tonneaux de chêne pour en faire un bon rhum bien fort. A la porte, une pancarte nous explique pourquoi une partie du rhum disparaît dans ces chai. C’est la part des ‘’anges’’
 
 
 
 
Nous arrêtons dîner sur le bord de l’eau non loin de la plage Cluny. Partout en Guadeloupe il y a de petits restos qui offrent des repas créoles. Souvent il s’agit de poulet ou du poisson avec riz et lentilles et quelques morceaux de salade. Comme il en coûte toujours au moins 12 euros (18 $ can)et cela sans breuvage, nous trouvons que c’est bien cher. La deuxième photo montre le paysage que nous avons à partir de notre restaurant rustique.
 

 

 

 

 

 VISITE AUX AMIS  

Nous nous arrêtons en chemin au village de Deshaies ou nos amis de La Flâneuse sont ancrés. Nous les appelons sur le VH.  Régent et Johanne viennent nous rejoindre pour jaser avant que nous repartions pour terminer notre visite de la journée en auto. Nous espérons qu’ils pourront nous rejoindre à Pointe-à-Pitre très bientôt. A cette ancrage, Tenace, Cattails et Chadani sont aussi à l'ancre.
 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour vers Pointe-à-Pitre, nous arrêtons à la chute de l’écrevisse après avoir emprunté la route des mamelles…
 
 
 
 
 
 

MARDI, 2 FÉVRIER 2010

VISITE DES PLAGES DU SUD DES GRANDES TERRES DE GUADELOUPE
La deuxième journée de nos expéditions en auto, nous décidons de visiter les villages et les plages du sud de Grandes terres jusqu’à la Pointe des Châteaux. La plage dite sauvage de Bois Jolan a particulièrement été notre coup de cœur. Située dans une partie sans aucune habitation, elle s’étend au minimum sur deux kilomètres et nous a semblé peu fréquentée (en semaine du moins.) Le seul hic,c’ est que l’eau est si peu profonde qu’il est presque impossible de nager. Quand on s’éloigne de la plage, on se retrouve à la barrière de coraux qui la borde sur toute sa longueur.
 
 
 
ST-FRANÇOIS
Nous continuons jusqu’à la ville de St-François ou nous voulions venir nous ancrer la semaine dernière. Nous voyons à partir de la plage qui se situe à côté de l’entrée de la marina, le mouillage ou nous aurions pu nous installer. La mer trop mauvaise en provenance du nord est de lundi le 25 janvier nous avait fait changer d’avis sur notre destination.
 
 

 

A LA POINTE DES CHÂTEAUX

Rendus à l’extrémité est de l’île, nous démarquons à la pointe des châteaux ou Doris a surtout filmé avec sa caméra. A cet endroit les vagues sont très fortes et viennent se briser sur les rochers. Une croix surplombe une colline et nous sommes invités à y monter mais c’est trop long pour le temps qu’il nous reste. Nous nous contentons de regarder au loin l’île de la Désirade et nous repartons pour aller dîner avec notre lunch à la plage de pointe Tartare. Une plage bien spéciale… devinez pourquoi ?
 
 
 
 
 

MERCREDI, 3 FÉVRIER 2010

AU SUD DE BASSE-TERRE
Pour notre dernière journée avec une auto, nous ferons une partie du tour proposé par nos guides touristiques du sud de Basse-Terre. Nous avons commencé par nous arrêter dans la partie industrielle et commerciale de Pointe-à-Pitre boulevard de la pointe Jarry pour faire des achats de provision en gros. Un Cosco épicerie à la mode de la Guadeloupe. Ensuite nous nous rendons par la nationale 1 à Capesterre-Belle-eau et nous parcourons l’allée des palmiers royaux que vous voyez sur cette photo.
 

 

 

VERS LES CHUTES DU CARBET
Par une petite route montagneuse et très étroite nous faisons environ 7 kilomètres pour nous rendre au parc National de la Guadeloupe voir les chutes du Carbet.
 
 
 
 
 
 
Quand nous stationnons notre voiture, voilà que se retrouve sur l’auto du voisin un petit oiseau perché sur l’antenne et qui n’est tellement pas farouche que nous pouvons approcher notre main tout près sans qu’il ne bouge. Puis un homme lui donne des miettes de pain et voilà que plusieurs autres oiseaux s’approchent.
 
 
 
 
 
 

AU CHUTE DU CARBET

Nous empruntons pendant 30 minutes un sentier si bien pavé qu’il est incroyable de penser qu’il a été fait à dos d’homme pour transporter la pierre. Le trajet est souvent en pente nous avons à descendre et monter plus d’une centaine de marches et ceci dans la forêt tropicale. C’est vraiment un fameux travail qui a été finalisé en 2001.
 
 
 
 
 
 
 
Au bout de ce trajet, nous sommes déçus car nous voyons à peine la chute. Malheureusement, à cause d’éboulis de roche le pont suspendu qui nous aurait permis de mieux voir à été démantelé pour le moment. Ils construiront autre chose de plus résistant et qui protègera les gens des éventuels chutes de pierre et autre mais pour le moment nous devons revenir et refaire en montant cette fois les 30 minutes de marche. Nous sommes quand même contents de notre promenade car la nature de la forêt tropicale est si belle que cette expédition en valait la peine.
 
 
 
 
 
 
Voici un aperçu de la chute vu du point de départ du sentier qui nous mène à la deuxième chute  du Carbet.
 
 
 
 

Nous cherchons un restaurant pour le dîner et finalement nous décidons d’aller à la pointe de l’île dans le village appelé Trois-Rivières (eh oui ! comme chez nous). Nous sommes déçus de ne rien trouver comme pizzeria et même comme bon restaurant. Malgré notre déception, nous avons droit à un point de vue d’où nous pouvons voir l’archipel des îles Les Saintes.

A partir de Trois Rivières, nous sommes revenus sur nos pas par la nationale 1 et nous sommes rentrés au bercail après nous être arrêtés au grand centre commercial Destreland dans lequel le super marché Carrefour compte 41 comptoirs de caisses enregistreuses, un immense Super Wal Mart en fin de compte. C’est une surprise de trouver cet endroit dans les îles. Les prix dans les boutiques de ce centre d’achat sont cependant astronomiques…
 

 

A PARTIR DE NOTRE ANCRAGE

Pour terminer cette partie de notre journal, voici une photo prise le matin du 3 février à 6h29 par Michel, un bateau de croisière allemand selon Michel entre lentement dans la baie pour se rendre au quai du centre ville afin de débarquer ses centaines de passagers pour la journée. Quel magnifique bateau ! Nous aimons bien être ancrés dans la baie de Pointe-à-Pitre. Nous avons la circulation et l’activité du port à la portée des yeux.

 

A LA PROCHAINE,N'OUBLIEZ  PAS LE PETIT VIDEO