Du 2 Janvier au 10 Janvier 2010, Ste Lucie et les premiers jours en Martinique

Posted by Doris on dim, 01/10/2010 - 20:37
SAMEDI, 2 JANVIER 2010
Navigation entre Béquia et Ste-Lucie
Nous partons très tôt de Béquia vers 6h15 car nous avons une longue journée de navigation à faire. Nous avons monté le dinghy sur le pont et Doris a préparé le lunch du midi en cas de mauvaise mer car même si la météo annoncée est bonne, on ne sait jamais comment seront les vagues.
 
 Nous arrivons au bout de l’île de St-Vincent vers 9h00, la mer est belle. Nous préférons ne jamais nous arrêter avec notre voilier dans les baies de cette île puisque certains ancrages sont réputés un peu risqués à cause des vols. 
 
 
 
À notre tribord, nous contemplons en passant le volcan de La Soufrière. Malgré les côtés très escarpés de la montagne, nous constatons à l’aide des jumelles qu’il y a des habitations sur le flanc du volcan mais aucune route visible. Les habitants sont des descendants des Caribes selon notre guide qui se sont réfugiés dans ce coin alors que leur compatriotes ont été presque tous tués ou déportés par les britanniques qui avaient pris possession de l’île.
 
Vers 11heures, la pluie nous tombe dessus par intermittence, nous sommes obligés d’ajouter un panneau à notre bimini pour nous protéger de la pluie et ainsi éviter d’éponger notre banc à tout moment. La mer est aussi un peu plus agitée mais sans être déraisonnable.
 
 
Nous arrivons au Sud de Ste-Lucie, la pluie a cessé mais les deux Pitons sont encore un peu cachés par les nuages. Quel dommage ! Parce que c’est probablement la dernière fois que nous voyons ce coin magnifique de nos yeux.
 
 
ARRIVÉE A RODNEY BAY, STE LUCIE
Il est temps de descendre la grande voile et de l’attacher puisque nous approchons de Rodney Bay. Encore un mille nautique et nous pourrons ancrer. Nous avons fait 71 milles nautiques aujourd’hui et ce en 10,30 heures de navigation. C’est une très bonne moyenne en terme de vitesse. Il est 16h30 quand nous atteignons notre but.
 
 
DIMANCHE, 3 JANVIER 2010
 
A L’ANCRE FACE À PIGEON ISLAND
Cette photo de l’ancrage de Pigeon Island va certainement rappeler de très bons souvenirs à nos petits-enfants Sandrine et Pierre Luc. C’est dans ce fort, en haut de la colline de gauche que nous avons trouvé en mars le trésor de Jambe de bois. C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons retrouvé cet endroit malgré les difficultés que nous avons eu hier pour nous trouver un bon ancrage. En arrivant, les voiliers pointaient leur étrave dans tous les sens par manque de vent. Ils étaient difficiles de savoir où reposaient leur ancre. De plus, il ne restait que des 35, 40, 50 pieds de profondeur pour nous.  Nous avons dû après plus d’une heure de recherche nous résoudre à jeter notre ancre dans 35 pieds de profondeur et ce trop près d’un catamaran à notre goût.
 
 
LUNDI, 4 JANVIER 2010
LE FEU
Nous avions aperçu en arrivant le soir précédent, le voilier Ventolier, ancré tout près de la rive. Nous allons donc lui rendre visite ce dimanche après- midi. Mais voilà que nous découvrons en chemin que le feu est pris dans la colline du fort de Pigeon Island. Nous sommes estomaqués. Les herbes entourant les escaliers de la montée brûlent allègrement. Nous allons assistés  dans les 30 minutes qui ont suivies à la progression de la flamme. Elle a fait le tour de la colline et a brûlée tous les herbages et arbustes s’y trouvant. Les pompiers sont arrivés à temps pour empêcher que la forêt au bas  ne soit affectée par le feu. Nous avons appris le lendemain que des jeunes gens avaient laissés des cigarettes allumées au bas de l’escalier, ce qui a mis le feu. De plus, la montée vers le fort est interdite pour la semaine qui vient. Les rampes et les marches ont dû être détruites probablement.
 
 
Nous avons été invités à partager une pizza avec Denis sur le voilier Ventolier. C’est Denis qui a appelé à la marina pour avertir que le feu était pris dans la colline du fort dix minutes avant que nous le rejoignons sur son voilier. Malgré son anglais qu’il dit défaillant, il a réussi à expliquer qu’il fallait appeler les pompiers. Il était encore tout retourné par l’évènement; le vin que nous avions apporté était bienvenu.
 
Comme vous pourrez le voir sur cette photo, le feu n’a pas touché le petit restaurant ‘’Jambe de bois’’ de l’île Pigeon. Nous avons donc pu nous y rendre dîner avec Denis et un couple de québécois : Charlotte et Pierre du voilier ‘’Imprévu’’. Pour ceux et celles qui sont venus nous voir l’hiver 2009, vous reconnaîtrez la chaloupe avec les drapeaux de Grégoire, le sympathique fournisseur de fruits et de légumes du coin.
 
 
 
MARDI, 5 JANVIER 2010
LE CAP HORN
Nous avons une journée idéale pour nous rendre en Martinique, pour la première fois depuis des années nous avons installé le régulateur d’allures Cap Horn pour enfin l’essayer à notre goût. Ce fut une traversée de 24 milles nautiques très agréable. Pas de moteur et pas de pilote automatique. Seul notre régulateur nous menait sur une ligne très droite. Le vent de 15 à 17 nœuds était constant et la houle qui était de 4 ou 5 pieds était assez longue pour ne pas nous créer de problèmes.
 
 
 
 
 
Nous approchons du sud de la Martinique, nous irons directement  au Cul de Sac du Marin pour faire nos douanes et notre lavage demain. Nous avons  le plaisir de retrouver Lyse et Jocelyn de Cattails qui nous ont reçus ce soir là pour l’apéro. Le mercredi 6 janvier, nous avons également visité une trentaine de minutes, Josée et Michel du voilier Epsilon que nous n’avions pas revu depuis deux ans. Que de bons souvenirs nous avons de notre descente avec eux de la côte est américain de New York à Fort Lauderdale. Malheureusement, nous n’avons pas apporté notre caméra pour les prendre en photo. En espérant toutefois que nous aurons l’occasion de nous revoir nous prendrons alors une photo.
 
 
 
JEUDI, 7 JANVIER 2010
RETOUR A STE-ANNE, MARTINIQUE
A deux milles nautiques du Marin, nous avons retrouvé l’ancrage de Ste Anne hier après-midi puis Michel et moi sommes allés prendre l’apéro avec Lulu et Pascale sur Bonanza. Ce matin vers 6h45, le soleil se montrait le bout du nez derrière les collines de Ste-Anne. Le temps de prendre quelques photos et il était déjà plus haut dans le ciel. Une belle journée en vue.
 
A notre bâbord, vu sur le Club Med de Martinique et aussi nous avons dans notre objectif le voilier Taranga 3 avec à son bord Monique et Gervais. Nous sommes contents de retrouver ces gens sympathiques qui étaient d’anciens voisins de cour à la marina Gagnon à St-Paul de l’île Aux Noix en 2004. Ils ont fait la traversée de l’Atlantique et ont visités plusieurs ancrages de la Méditerranée principalement la Turquie en 2005-2006-2007.
 
 
VENDREDI, 8 JANVIER 2010
 
UNE PROMENADE AUX SALINES
Nous sommes partis ce matin en compagnie de Guy et Diane de Gobesous et de Monique de Taranga 3 pour une excursion de marche vers les Salines. En chemin, Doris prend une photo de l’ancrage de Ste-Anne vu de loin avec au fond vers la gauche les gros bâtiments au toit blanc qui longent l’entrée de la baie du Marin. Cela donne une idée de l’emplacement.
 
 
 
Nous rencontrons dans le sentier différentes espaces d’arbres et de végétations mais nous sommes frappés par la présence de champignons de couleur inhabituelle pour nous. Impossible de savoir si ce champignon est comestible ou non. De plus, nous constatons en chemin qu’il y a des colonies de fourmis rouges un peu partout. Nous ne les laissons pas nous monter aux pieds croyez moi ! 
 
 
Après 7 kilomètres de marche (qui nous a pris une heure et demie), nous atteignons la belle plage des Salines. La plage est pratiquement déserte car nous sommes en semaine. De plus, nous apprenons que les touristes boudent cette année la Martinique. Résultat probable du contexte économique et de la longue grève de l’an dernier qui a écœuré les gens à cause du manque de nourriture et de carburant autant en Martinique qu’en Guadeloupe.
 
  
La marche nous a creusé l’appétit, alors avant la baignade, nous voici attablés pour nous restaurer. Du poulet grillé sur le charcoal et des frites avec salade sont les bienvenus dans notre estomac. Vous reconnaissez sûrement Guy et Diane de Gobesous à la droite et Doris et Monique.
 
 
Quelqu’un s’est amusé à faire un bonhomme de sable sur la plage qui ressemble étrangement à un bonhomme de neige. Cette plage a d’autres atouts aussi pour certaines personnes comme vous pouvez le voir sur cette photo et sur la suivante.
 
 
 
C’est l’heure du retour, il nous faudra refaire le 7 kilomètres de retour. Laissez-moi vous dire que dès l’heure du souper terminée, nous sommes allés nous coucher sans nous faire prier. 
 
 
SAMEDI, 9 JANVIER 2010
UN SOUPER ENTRE AMIS
La journée a été calme, ce soir nous avons rendez-vous avec Tangara III, Bonanza et Gobesous pour un apéro à la Dunette et un souper à la pizzaria du petit village de Ste-Anne. Nous voici donc Doris et Michel et sur la deuxième photo Pascal et Lulu (Bonanza) sur la place du village en route pour notre rendez-vous. 
 
 
 
DIMANCHE, 10 JANVIER 2010
CHEZ LA COIFFEUSE
Ce matin, Doris va sur le voilier Bonanza pour se faire couper les cheveux par Lulu qui est une véritable coiffeuse de métier. Bien installées sur le pont arrière pour que les cheveux s’envolent avec le vent vers la mer.
 
 
BRANCHÉ SUR INTERNET
Après le dîner, nous allons chez Boubou ,un café internet, qui nous permet de nous brancher. Monique et Gervais (Tangara III) sont déjà là en communication. Doris s'installe pour mettre le site à jour.
 
 
 
A la prochaine !